Comment ACAMS a Propulseur Ma Carrière

Plus que booster une carrière—c’est une expérience personnelle !

Dans les jours qui ont suivi le 11-septembre comme tout le monde et où que vous soyez, nous avons tous senti que beaucoup de choses allaient changer dans ce monde.

En février 2002, mon patron m’a demandé de garantir les délais de mise en œuvre à l‘USA PATRIOT Act publiés, un mois plus tard après les terribles événements.

Pour garantir cela ? Je ne sais pas de quoi il parlait—mon rôle à l’époque était dans la division financière de Citibank Asset Management, basée au Panamá.

C’était dans un séminaire par le Groupe d’action financière (GAFI) au Panamá, quand j’ai compris comment ma carrière allait changer et, plus important encore, la polyvalence du rôle du responsable de la conformité. Je me souviens, toutes les entités financières Panaméennes y étaient représentées par tous les candidats récemment nommés compliance officers. Lors d’une conversation avec quelques-uns d’entre eux, nous nous sommes demandé : qu’est-ce qu’un responsable de la conformité ? Deux ans plus tard, lors d’un séminaire similaire à Paris, j’ai remarqué que les compliance officers français se posaient la même question.

L’expérience de ce séminaire au Panamá, me fait prendre conscience de l’importance du sujet. C’est-à-dire, l’apprentissage des quarante recommandations du GAFI ainsi du bon sens absolu pour la mise en œuvre des normes et de promouvoir l’efficacité des mesures légales, réglementaires et opérationnelles de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT) et autres menaces liées à l’intégrité du système financier international.

En plus de cet important organe intergouvernemental créé en 1989, se trouvait le nouveau cadre fourni par l’USA PATRIOT Act, Sec. 352.1 Programmes de LBC :

« Chaque institution financière doit mettre en place des programmes de lutte contre le blanchiment d’argent, y compris, au minimum, l’élaboration de politiques, de procédures et de contrôles internes ; la nomination d’un responsable de la conformité ; un programme de formation continue des employés ; et une fonction d’audit indépendante pour tester les programmes ».

Si les responsables de la conformité, collègues du secteur financier, s’interrogeaient sur le cœur de leur futur rôle, je me demandais déjà qui allait les auditer ? Les auditeurs sont généralement spécialisés dans la comptabilité, pas vraiment dans les contrôles anti-blanchiment. En fait, à l’époque, personne ne savait comment vérifier la conformité. Donc, donnant l’énorme problème, j’ai décidé de changer le chemin de ma carrière et je suis devenu l’auditeur de conformité. Au moment où les compliance officers français se posaient la question, j’étais déjà inscrit dans un master pour devenir leur auditer.

Certainement, je ne pourrais pas réussir sans l’ACAMS. Peu de temps après avoir accepté mon nouveau double rôle « Financial and Compliance », je me suis précipité pour obtenir des informations sur la façon de devenir un auditeur pour auditer les responsables de la conformité. J’ai pensé, c’est la loi ! Donc quelqu’un devrait le faire. J’ai également remarqué que ni les avocats, ni les comptables ou auditeurs difficilement peuvent devenir des compliance officers, voire moins, pour pouvoir auditer l’encadrement anti-blanchiment, personne ne savait quoi auditer, c’est ici que j’ai trouvé la polyvalence de cette fonction.

Il n’y avait pas une seule université aux États-Unis ou en Europe qui pourrait me fournir les compétences nécessaires pour devenir auditeur de la conformité. Heureusement, en 2003, l’ACAMS est devenu visible, c’était exactement ce que je cherchais, j’ai parfaitement compris l’essence de cette association si fantastique. J’ai donc pris une décision ; J’ai quitté Citibank au Panama, j’ai adhéré à l’ACAMS et grâce à mes antérieurs études supérieures en France, j’ai réussi à m’inscrire dans un Master Audit, à la prestigieuse Ecole Supérieure de Commerce en France. Décision pas facile. J’avais 42 ans, avec deux enfants et un bébé. J’ai vraiment défié ma carrière, mais j’étais confiant sur l’importance du sujet, nous avons donc déménagé du Panama en France.

Pendant deux ans, j’ai appris les méthodologies d’audit et j’ai appris à mettre en place un programme anti-blanchiment, car je suis devenu Certified Anti-Money Laundering Specialist (CAMS). Avec ces deux compétences, j’ai décidé, trois mois avant l’obtention du diplôme, de tester les opportunités d’emploi en envoyant mon curriculum vitae (CV) sur le marché financier à quelques banques en France et au système bancaire du Royaume-Uni. Évidemment, toujours à l’époque en 2005, il n’y avait pas de postes vacants pour des auditeurs à vérifier la conformité, ce n’existe pas. Même, j’ai frappé aux portes des départements du personnel, mais ils n’ont pas pu comprendre ce que je cherchais.

J’ai arrêté d’envoyer des CV et j’ai décidé d’aller directement au sommet ; J’étais confiant que j’étais un « produit » à acheter immédiatement. J’ai réussi à obtenir l’adresse électronique de l’auditeur en chef de Citibank en Europe et avec le soutien d’ACAMS, j’ai obtenu celle de Western Union. Malheureusement, je n’ai pas pu terminer mon Master Audit, parce que Citibank c’est précipité pour m’engager immédiatement ; mais pas avant de passer 11 entretiens au siège de Londres à Canary Wharf, malgré mes antécédents de contrôle financier chez Citibank.

Au cours des entretiens, il n’y a eu aucune question sur les compétences d’audit, toutes les questions étaient liées à la conformité. Tout ce que j’ai dit a été appris dans le cadre du programme de certification CAMS, aucune expérience Citibank ni aucune compétence de maître d’audit n’a été prise en compte dans ces discussions. Les interlocuteurs ont été surpris de ce que je savais, théoriquement, je savais comment mettre en œuvre et auditer le programme AML. Alors, J’ai rejoint avec plaisir l’équipe glamour d’Audit Risk Review (ARR) de Citibank pour les activités sur Treasury and Trade Solutions (TTS) en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique (EMEA) au Royaume-Uni tant que responsable de l’audit et expert en matière de conformité/LBC, j’étais responsable de l’audit des services de conformité de Citibank dans ces pays, par ceux qui ont la plupart des problèmes soulevés en Russie, dans les pays d’Europe de l’Est, au Pakistan et en Afrique étaient le résultat des audits des travaux de mon équipe.

Tout récemment, j’ai appris qu’en 2005, j’étais l’un des premiers CAMS en Europe et le seul à Citibank en Europe. Je suis certainement y reconnaissant à l’ACAMS et au programme de certification CAMS pour l’expérience qui a stimulé ma carrière dans un si bon avenir.

Mario E. AGUILAR-NINO, Citibank Europe, mario.enrique.aguilarnino@citi.com

  1. “USA PATRIOT Act,” FinCEN, https://www.fincen.gov/resources/statutes-regulations/usa-patriot-act

Leave a Reply